La venue de Marie-Madeleine à la Sainte-Baume est-elle une légende ?

La venue de Marie-Madeleine à la Sainte-Baume est-elle une légende ?

La tradition latine et provençale nous dit que lors de la première persécution des chrétiens à Jérusalem, Marie-Madeleine et tout un groupe de chrétiens (sainte Marthe, saint Lazare, saint Sidoine, sainte Marie Salomé, sainte Marie Jacobé, etc.) furent chassés par les Juifs et placés sur un bateau sans voiles ni rames. Le bateau aurait traversé miraculeusement la méditerranée pour échouer aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

Marthe se dirigea vers Tarascon, Marie-Madeleine et Lazare partirent évangéliser Massilia (Marseille). Après quelques temps, Marie-Madeleine quitta Marseille, et en suivant le cours de l’Huveaune, monta à la Sainte-Baume. Elle se retira dans la Grotte cachée au creux de la montagne, pour mener une vie d’ascèse et de prière. Sentant sa mort approcher, elle serait descendue recevoir la communion de saint Maximin (un des 72 disciples du Christ) et mourir dans ses bras. Aujourd’hui encore une magnifique basilique gothique se dresse dans la petite ville de Saint-Maximin pour servir d’écrin aux précieuses reliques de la « sainte pècheresse ». La Grotte de la Sainte-Baume en garde aussi quelques-unes.

Au-delà des détails poétiques de l’histoire, ce qui est nous est raconté est tout à fait probable : les chrétiens se sont effectivement dispersés très tôt dans tout le bassin méditerranéen, que ce soit pour fuir la persécution de Jérusalem ou obéir à l’injonction du Seigneur (« Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création » Marc 16, verset 15). Nous savons par exemple que des chrétiens sont arrivés très tôt en Gaule (des premières communautés organisées sont attestées dès le IIe siècle), et saint Paul lui-même serait passé par Marseille et l’Espagne, d’après le pape Clément de Rome qui l’a connu. De plus, les fouilles ont montré que les Saintes-Maries-de-la-Mer était un important port de l’antiquité.

À propos d’histoire poétique, profitons-en pour relater une jolie légende de la Sainte-Baume concernant sainte Marie-Madeleine : la tradition nous raconte qu’elle était élevée 7 fois par jour par les anges pour chanter les offices en haut de la montagne. N’est-ce pas la plus belle façon de dire de décrire la liturgie de l’Église ? « La vraie liturgie se reconnaît au fait qu’elle est cosmique et non réduite au groupe. Elle chante avec les anges. Elle se tait comme se tait l’attente des profondeurs de l’univers. Et c’est ainsi qu’elle délivre la terre. » (Benoît XVI).

partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *